En tant que rôliste, qui n’a jamais songé à créer son propre jeu ? Pas grand monde certainement. Pourtant, la plupart se heurtent à la dure réalité. Créer un jeu  c’est dur, ça prend du temps et rien ne garantie qu’il plaise. Aussi, la plupart finissent par abandonner l’idée laissant ainsi leurs travaux inachevés. Et moi… Je ne fais pas exception.

Quand j’étais jeune rôliste, j’avais dans l’idée d’inventer mon jeu de rôle. Je l’avais sobrement appelé MJDR (Mon Jeu De Rôle). Cela n’avait pas donné grand chose et ce projet était tombé dans l’oubli. J’avais ensuite tenté de faire un jeu de rôle basé sur l’univers de Saint Seiya, puis sur celui de Phantasy star. Pour du travail d’adolescent, ce n’était pas si mal, mais c’était loin d’avoir le niveau pour être massivement diffusé.

Par la suite, mon âme créatrice s’est un peu endormie et je me suis contenté de jouer à des jeux du commerce. J’ai pratiqué de nombreux JDR aussi bien en tant que MJ qu’en tant que joueur. INS/MV, Dungeons & dragons, Mekton Z, Hawkmoon, Warhammer, Shadowrun, Star wars, Fading suns, L’appel de Chtulu, Ars magica, Mage, L5R, Nephilim et aussi de nombreux jeux basés sur des univers maison… J’aurais pu m’en contenter mais je n’était pas complètement satisfait par l’offre existante en matière de JDR sur le marché français.

En fait, j’ai cherché pendant longtemps et en vain, un jeu médiéval fantastique qui collerait à mon univers personnel (nb : celui des Chroniques d’Eltarys). Je tombais soit sur des jeux héroïques avec des niveaux et des classes de personnages (ce que je n’apprécie pas beaucoup), soit sur des jeux trop réalistes ou un seul coup d’épée suffit à tuer ou à estropier un personnage (ce que je trouve frustrant) ou soit sur des jeux trop spécifiques à leurs univers dédiés et donc pas assez génériques. Bref, j’en ai été réduit à mener une bonne partie de ma campagne avec le système de Dungeons & dragons 3 édition. Mais je n’étais pas satisfait par ce choix par défaut. J’ai donc pris la décision de reprendre ma plume et de terminer MJDR. On n’est jamais si bien servi que par soi-même.

Et c’est ainsi qu’AIR system a vu le jour…